Lettre ouverte aux heureux aisés

Je m’adresse à vous qui possédez une maison, des richesses… Avez-vous déjà remarqué ceux qui vivent près de vous et qui n’ont rien ? Avez-vous pris le temps de leur parler, d’aller vers eux ? Regardez ces hommes en face de vous et que vous ne voulez pas remarquer car ils sont « sales », que ce sont des « rats-à-poils ». Souvenez-vous que l’argent n’est qu’un moyen d’échange depuis la nuit des temps et que les gens pauvres comme les sans-abris, les gens qui vivent dans des « bidonvilles » ou dans des conditions effroyables sont des êtres humains. Ils ne valent pas moins que vous, ils valent même parfois plus que vous. Vous pensez qu’ils le méritent car ils ne font rien de leur vie mais certains d’entre eux avaient un travail, une maison comme vous avant de tomber dans la misère. La plupart d’entre eux se battent autant, voire plus que vous pour survivre. Ces hommes demandent juste un peu d’attention, un « bonjour » pour se sentir moins seul.

Maintenant, que vous, ceux qui possédez, prenez conscience de ce problème, faites un peu attention à ceux que vous croisez dans la vie de tous les jours.

Tristan Baudron, Ramzy Said et Keziah Rakotobe                                                                    (dans le cadre d’une recherche sur les discriminations en cours de français)

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.